Le coin du bidouilleur

Publié le May 7, 2020

Écrire à l'auteur

Le  Thursday, May 7, 2020

Les transports membranaires

Exemple de transport passif avec l'eau iodée

  • 1. Introduction et définitions

    Les transports membranaires déplacent des ions ou des molécules au travers des membranes biologiques séparant le milieu intra-cellulaire du milieu extra-cellulaire. Les propriétés physico-chimiques des membranes, donc leur composition en lipides et protéines, sont capitales puisqu'elles dictent les types de transport.

    Les différents types de transport

     

    Les transports passifs

     

    Les transports actifs

    Ils ne nécessitent pas d'énergie car ils se font dans le sens du gradient de concentration (ou gradient électrochimique).

    Ils nécessitent de l'énergie car ils se font contre le gradient de concentration (transport non spontané).

    La diffusion directe (ou diffusion simple ou diffusion libre) : les molécules "liposolubles" diffusent au travers de la membrane.

    La diffusion facilitée : les molécules utilisent une protéine de transport.

    L'osmose : mouvement net de molécules de solvant au travers d'une membrane semi-perméable vers un compartiment contenant une concentration plus importante d'un soluté. Ce mouvement tend à égaliser la concentration de ce soluté des 2 côtés de cette membrane. La différence de concentration engendre une différence de pression (gradient de pression) : c'est la pression osmotique qui provoque ce mouvement.

    Transport actif primaire (ou direct) : l'énergie est fournie par l'hydrolyse d'un nucléotide triphosphate (exemple : pompes à ATP et hydrolyse de l'ATP).

    Transport actif secondaire (ou couplé) : l'énergie est fournie par une différence de potentiel électrochimique (exemple : un gradient de concentration de sodium). Le terme "secondaire" signifie que cette différence de potentiel électrochimique résulte d'un transport actif primaire (exemple : pompe à sodium et hydrolyse de l'ATP).

     

    2. Manipulation :

    Laisser tremper 1 min dans de l’eau iodée concentrée dans un verre de montre les échantillons de mousse ou de fougère. Si les molécules d'iode et celles d'amidon entrent en contact, on observera l'apparition d'une coloration bleue.