Le coin du bidouilleur

Publié le May 7, 2020

Écrire à l'auteur

Le  Thursday, May 7, 2020

ETUDE DU METABOLISME DU VER DE ROSCOFF PAR EXAO FOXY (de jeulin)

En plaçant des vers dans un système EXAO, il est possible d’illustrer le paradoxe d’un animal photosynthétique et de s’interroger sur l’origine de cette activité photosynthétique.

  • Montage expérimental exao pour metabolisme du ver de Roscoff

     

    But de la manipulation:

     

    On se propose de mesurer l'évolution de la concentration en dioxygène dans une suspension contenant des individus adultes photosymbiotes de ver de Roscoff.

     

    Protocole:

     

    Placer pour cela 1 mL d'eau de mer dans un tube de 5 ml contenant une trentaine de vers.

    Utiliser un luxmètre afin de pouvoir afficher les périodes d'obscurité et d'éclairement. L'utilisation d'un thermomètre permet de s'assurer de l'absence de grandes variations de la température au sein des suspensions de vers.

     

    Fiche technique EXAO :

     

     

    Démarrer l’atelier scientifique, cliquer sur l’icône correspondant au module généraliste (icône la grenouille)

     

     

     

    Les adaptateurs présents sont reconnus automatiquement. Le logiciel reconnait les oxymètres, les CO2mètre, les capteurs de température et d’intensité lumineuse si ils sont branchés.

     

     

     

    Préparation du bioréacteur :

    - Mettre 1 ml de ver dans un tube à fond plat de 5 ml

    - Placer ce tube (le fixer indépendamment à la potence pour ne pas qu’il se renverse) dans un bain thermostaté : un bécher haut de 250 ml contenant des glaçons et de l’eau fraiche (les vers sont sensibles à la chaleur) 

    - Fixer le bécher de 250 ml sur une potence de manière à ce que le tube de 5 ml plonge dedans.

    - Insérer la sonde O2 au dessus des vers dans le tube de 5 ml

    - recouvrir d’un cache noir l’ensemble du dispositif

    - préparer une lampe éteinte près du dispositif

    - Si vous possédez l’adaptateur luxmètre, le positionner sur la potence près du montage.

     

     

    Paramétrage du logiciel :

    - Faire glisser-déposer  en maintenant la souris, l’icône du module oxymétrie  sur l’axe des ordonnées. Dans l’onglet calibre, cliquer sur la fonction O2 eau

     

    -Faire glisser-déposer en maintenant la souris l’icône du temps sur l’axe des abscisses.

    Dans les paramètres du temps, Choisir la durée (ici 30 min)

     

     

    Lancement de l’acquisition :

    On commence par l’obscurité.

    Cliquer sur le feu de signalisation.

     

     

     

    Au bout de 15 min, enlever le cache noir et allumer la lampe

     

     

     

    Pour modifier la représentation de la courbe (couleur, épaisseur du trait…) cliquer sur l’onglet affichage : puis clic droit sur la courbe à modifier

     

           

     

    Pour annoter les courbes :

     Dans le bandeau du haut, cliquer sur la bulle :

    • Ajouter un titre : place un titre sur la courbe
    • Annoter une courbe : choisir la courbe à annoter dans le menu défilant, écrire le texte, cliquer sur insérer et en gardant le doigt sur la souris, déplacer le texte à l’endroit voulu sur la courbe.

     

     

     

     

     

    Résultats :

     

    À l'obscurité, les vers adultes photosymbiotes consomment du dioxygène : c'est la respiration. À la lumière en revanche, ces mêmes individus produisent davantage de dioxygène qu'ils n'en consomment : c'est la photosynthèse. De nouveau à l'obscurité, la production de dioxygène n'a plus lieu, la concentration de ce dernier diminuant même légèrement.

    Le Ver de Roscoff illustre le fait que la biodiversité actuelle est le résultat de l'évolution. Cette dernière peut se traduire par l'association d'organismes différents. Dans le cas de cet animal, la présence de microalgues en son sein est à l'origine de son activité photosynthétique.

     

     

    PROLONGEMENTS POSSIBLES DE CE TP:

     

    Dans des conditions similaires, on montre que des microalgues Tetraselmis convolutae seules en suspension produisent du dioxygène lorsqu'elles sont éclairées, tandis qu'elles en consomment une fois placées à l'obscurité.

    D'autres mesures réalisées avec des juvéniles non symbiotiques montrent que la production de dioxygène ne se fait pas, même si ces individus sont éclairés.